sainte GEMMA GALGANI par Pierre Jovanovic



































































HRM-GOCDE
suivez pj sur
mise à jour: 3-Dec-2016
SSL EV2 jardin
mail jovanovic

interview les livres revue de presse internationale critiques lecteurs

l'histoire de la balle pdfs gratuits emissions radio et videos youtube archives revue de presse vers le jardin des livres

missel des anges gemma galgani le 13 octobre Fatima le Gnl Patton les Anges de Sylvie Lander 14 apparitions de l'ange gabriel christian vander de magma

des presidents et des livres, analyse des photos officielles objets cultes livres cultes le quotidien de paris toiles inspirees par les livres coups de genie retour page d'accueil du site



 
GEMMA GALGANI
1878-1903

De tous les stigmatisés, elle a été la seule à voir son Ange gardien en permanence.

          Gemma Galgani est un véritable diamant de la "Fleur des saints", un personnage unique de l'Eglise car comme Marilyn Monroe, sa beauté a été figée par sa mort. Incontestablement, elle est la sainte la plus jolie de toutes les saintes de calendrier car la "Divine Providence" lui a accordé une beauté fulgurante, presque irréelle, avec des traits d'une noblesse et d'une finesse dignes de ceux de Carole Bouquet du temps où elle jouait dans "Cet obscur objet du désir" de Bunuel. Gemma Galgani, c'est l'aristocratie du luxe discret, la puissance de l'humilité, victime volontaire de la brutalité divine. Gemma Galgani, c'est presque une illustration du roman "L'Ange de Feu" ( Ecrit par l'auteur russe Valery Brysov, son contemporain (1873-1924). "L'Ange de feu", servit plus tard de base au compositeur Serge Prokoviev. Son opéra est, hélas, ennuyeux à mourir... ) , qui raconte comment une jeune femme, Renata, recherchait son Ange gardien qu'elle avait eu le privilège de voir en permanence durant son enfance, un peu comme la religieuse brésilienne Cecilia Cony. Mais Renata, contrairement à Cecilia Cony, a outragé son Ange, Maniel, lorsque, atteignant la puberté, elle lui demanda en toute innocence de lui faire l'amour. L'Ange la quitta en lui promettant toutefois de revenir sous une forme humaine lorsqu'il serait temps. Dès lors, Renata, devenue femme, n'eut de cesse de le retrouver et tentait de déceler en tout homme la présence de son Ange. Il s'agissait d'un roman reposant sur la relation entre le monde terrestre et le monde céleste et où s'entremêlaient Anges, démons et humains dans un perpétuel combat d'âmes, cadre qui sied parfaitement à Gemma Galgani. Elle passa sa (courte) vie baignant dans le surnaturel comme d'autres dans la musique. Anges et démons livraient bataille quotidienne pour l'âme de cette jeune et magnifique vierge. On le comprend. J'en connais qui n'auraient même pas hésité une seconde à affronter Satan lui-même pour ses beaux yeux.

          La vie de Gemma Galgani est un résumé de ce combat permanent, des tribulations de chaque âme. Simplement, chez elle, il fut porté au paroxysme. Ame prédestinée, Gemma accepta très tôt sa mission sans vraiment savoir de quoi il s'agissait. Mais, dès la fin de son adolescence par exemple, elle voulut devenir religieuse passioniste. Et comme d'habitude, à l'âge de 20 ans, une paralysie des jambes -le mal de Pott- l'immobilisa. Comme si cela ne suffisait pas, elle fut ensuite terrassée par une tumeur au cerveau assortie d'une otite purulente.

          Les médecins défilèrent à son chevet, l'opérèrent à plusieurs reprises, mais, incapables de la soigner, décidèrent finalement de l'abandonner, décrétant que la science ne pouvait l'arracher à une mort rapide. Gemma cependant ne se résigna pas. Sa vie spirituelle était déjà prodigieuse et, clouée au lit, elle entama une neuvaine au Sacré-Coeur de Jésus et à Marguerite-Marie Alacoque. Au lendemain du neuvième jour, elle se rétablit inexplicablement de tous ses maux. C'était le vendredi 3 mars 1899. A partir de ce jour, bien plus reconnaissante au Christ qu'aux médecins, Gemma observa régulièrement l'heure sainte (tous les jeudis soirs, de 23h à minuit. ) , habitude qui l'emporta vers une dévotion constante du Christ. Et comme tous les stigmatisés, c'est un vendredi, en mars 1901, en priant devant son crucifix, qu'elle ressentit la flagellation sur sa chair. Sa mère adoptive la retrouva gisant au sol, le dos ensanglanté et strié de coups. Par la suite, Gemma Galgani allait revivre la Passion du Christ tous les jeudis à partir de 20 heures et ce jusqu'au vendredi 15 heures.

          Si les théologiens ont toujours tendance à comparer les saints entre eux et discuter de leur mérites et puissances respectifs (un peu comme des voitures de sport), alors on ne peut que noter les similitudes étonnantes entre Gemma Galgani et Thérèse de Lisieux. Toutes les deux, d'une simplicité et d'une candeur à faire pleurer un bourreau, escaladèrent les marches de Saint-Pierre de Rome à une vitesse éclair: Gemma mourut à l'âge de 25 ans et Thérèse à 24 ans (à la mort de Thérèse de Lisieux, Gemma avait 19 ans). Mais si la carmélite ne portait pas la signature du Christ, Gemma, bien que laïque, participa de son plein gré à la Passion, la porte ouverte aux grâces surnaturelles les plus étonnantes. Outre les lévitations et communions à distance, Gemma Galgani put ainsi "voir" son Ange gardien et s'entretenir régulièrement avec lui pendant toute sa vie.

          Certains considèrent Gemma Galgani comme une mystique mineure, sans doute parce qu'elle ne "voyait rien" comme Hildegarde von Bingen et qu'elle n'était ni tertiaire dominicaine douée, ni carmélite extasiée, ni franciscaine troublée mais tout simplement une laïque stigmatisée. On retrouve pourtant dans ses mémoires des passages qui immanquablement font penser aux extases plus que déconcertantes d'Anne-Marie Alacoque, d'Angela de Foligno ou de Marie-Madeleine de Pazzi. On découvre aussi les lignes, classiques pourrait-on dire, des déclarations christiques faites aux épouses mystiques, condamnées à vivre dans la souffrance, en échange de Son amour.

          Si l'Ange gardien de Gemma demeurait en second plan, l'ensemble de leur relations relevait du "grand amour": l'Ange la surveillait, lui faisait du café, lui expliquait les Mystères, l'embrassait, mais surtout l'aidait de son mieux à souffrir pour le Christ. Quant à Gemma, elle s'adressait à l'être céleste et plus d'une fois ses proches la virent marchant, tout en parlant à un interlocuteur invisible.

          Bien que laïque, la splendide vierge fut canonisée 37 ans seulement après sa mort. En raison de divers signes surnaturels et guérisons inexplicables, Rome s'est intéressé à son cas en 1917 et elle fut proclamée sainte le 26 mars 1936. Depuis, son visage continue à fasciner les foules, un peu comme celui, énigmatique, de Greta Garbo. Gemma Galgani, c'est le mystère des Mystères, l'Amour d'une vierge pour Celui qui a aimé le monde, et leur colloque de souffrances nous semble appartenir à un monde absurde. En apprenant à souffrir comme Il a souffert, en réussissant à résister aux tentations, et en parvenant à se mortifier au point de tuer en elle tout désir qui aurait pu mettre en danger sa virginité, Gemma s'est hissée à Son niveau et s'est débarrassée de toute tache. Avec une telle pureté, voir son Ange gardien lui était aussi naturel que pour nous de voir le facteur tous les matins. Gemma cependant n'a guère décrit son compagnon car elle voyait l'Ange comme elle voyait sa belle-mère ou son confesseur. Sa présence pour elle n'avait rien d'exceptionnel et dans sa simplicité d'enfant, elle ne se rendait absolument pas compte que cela aurait pu passionner des milliers de gens. Elle évoluait parmi les Anges comme un cygne sur un lac, insensible à la beauté qui l'environne. Seul le Christ comptait à ses yeux. Même son confesseur, le très strict père Germain, marquera sa surprise en entendant Gemma lui expliquer que son Ange lui avait dit ceci ou cela et il lui demanda d'être prudente, puisque n'est-il pas écrit que le diable peut se déguiser en Ange de Lumière, et par conséquent de repousser toute vision. Alors Gemma, toujours dans sa naïveté désarmante, lui écrira quelques jours plus tard que lorsque l'Ange arrive, ils bavardent ensemble et adorent Dieu. Elle lui demandera même "Est-ce bien ainsi? Dites-moi si je suis dans l'obéissance?". Même le confesseur ne savait plus quoi lui dire. Pourtant, elle finira par "tester" la présence, obéissant à la lettre aux ordres du père Germain et cela nous permet de dire qu'il s'agit du seul cas dans les annales de l'angéologie moderne où un protégé crache sur son Ange gardien!!

    "Un jour que l'Ange gardien se présenta, Gemma lui cracha à la figure, cherchant à le renvoyer. Mais l'Ange ne bougea pas, et même, là où cracha Gemma, aux pieds de l'Ange surgit une rose blanche; sur ses pétales était inscrit en lettres d'or "on reçoit tout de l'Amour" ( Page 153 in "La folie de la croix, tome 2" op. c. )

          Ce détail est important car sincèrement quelle idée de vouloir cracher sur un Ange? C'est grotesque et fort laid, tellement laid d'ailleurs qu'il est clair que ce ne peut être une anecdote inventée. Mais le père Germain craignait sans doute que le Malin ne profite de la naïveté de Gemma. Finalement il décida de vérifier lui-même. On ne sait trop comment il est arrivé à cette conclusion, mais il écrivit qu'ayant assisté "plusieurs fois personnellement aux prières et aux méditations de Gemma et de son Ange, j'ai pu me convaincre, par mes seules observations extérieures, de la réalité de tous les détails qu'elle me donnait ensuite dans ses comptes de conscience". Les observations extérieures dont parlait le prêtre n'ont rien à envier à ce que l'on faisait subir aux enfants qui affirmaient voir la Vierge:

    "Toutes les fois, a-t-il remarqué (le père Germain), qu'elle levait les yeux sur l'Ange pour l'écouter ou lui parler, même en dehors de la prière, elle perdait l'usage des sens. On pouvait alors la secouer, la piquer, la brûler, sans réveiller sa sensibilité. Mais dès qu'elle avait détourné ses regards de l'Ange ou cessé le colloque, ses relations avec notre monde reprenaient. Ce phénomène se renouvelait infailliblement à chacune de ses communications avec l'Esprit bienheureux, si rapprochées fussent-elles". (Page 231 in "La Bienheureuse Gemma Galgani", Germano et Félix, Revue de la Passion, Librairie Mignard, Paris, 1933. )

          Selon le prêtre, Gemma lui envoyait aussi des messages que son Ange se chargeait de lui remettre, même lorsqu'il se trouvait en consultation à Rome. Il retrouvait dans sa chambre des lettres de Gemma sans timbre! Cela l'a tant impressionné, qu'il ne douta plus jamais de la présence de l'Ange gardien de Gemma Galgani.

          Mais depuis, son visage, si merveilleux, et qui n'est pas sans rappeler celui de Greta Garbo, ne manque jamais de créer un choc chez ceux qui la découvrent pour la première fois, trop habitués àvoir des portraits de saintes assexuées ou vieillissantes...

          Gemma Galgani est incontestablement LA "top model" de la Fleur des Saints !

    ( extrait du chapitre consacré à Gemma Galgani dans le livre
    "Enquête sur l'Existence des Anges Gardiens" - dédicacé :)

    enquete sur l'existence des anges gardiens

    HRM-BUANGESG




Signalez ce site à un ami (cliquez ici)




textes © Pierre Jovanovic 1993-2016 - images © DR ou PJ
www.jovanovic.com - www.quotidien.com

02:44:42 Saturday 3-Dec-2016



le 7e Ange

20 novembre 2009

ph 14

ange couronne ph